En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre entité ainsi que par des tiers afin de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts, la possibilité de partager des articles sur les réseaux sociaux, et la réalisation de statistiques d'audiences.

Plus d'informations sur les cookies
compte rendu du conseil municipal

11 décembre 2018 de Montholon

Office d'animation Aillantais

Lien vers le site d'animation de l'Aillantais

L'église Saint Jean-Baptiste
   
   

L’église Saint-Jean-Baptiste  

 

Villiers-sur-Tholon

 

La construction de l’église remonte sans doute au XVIème siècle. A l’intérieur, côté gauche, des cintres, de chaque côté de la chaire, sont datées de 1552 ; le portail est de 1557. La base du clocher est sans doute plus ancienne. L’église est de style champenois. Les parties basses sont en grès, matériau qui évite les remontées d’humidité.

 

L’église est dédiée à saint Jean-Baptiste, le cousin du Christ. La fête patronale a lieu le 24 juin (le jour le plus long, car, saint Jean-Baptiste, en annonçant le Christ, annonçait la lumière qui éclaire le monde).

 

 

 

 

 

L’extérieur

La place

La jolie place qui conduit à l’entrée principale fut plantée de tilleuls en 1882. Jusqu’au milieu du XIXème siècle, c’est là que se tenaient les assemblées des Villarois. Jusqu’en 1860, le cimetière occupait cette place et le bas de la rue du Milieu. (voir le plan ci-dessous).

 
   

                       Plan de l’église, du cimetière et du presbytère en 1824

 

Le portail Saint-Jean (Ouest)

Œuvre d’un atelier champenois (1557), le portail principal est tourné vers l’Ouest. On y distingue les armes de l’ancien seigneur de Villiers-sur-Tholon, Georges de Clermont-Gallerande (à gauche) et de Perenelle de Blanchefort (sa seconde épouse) (à droite).

 

Les deux cartouches, en haut, représentent saint Jean-Baptiste et portent l’inscription : à gauche : « Fuit homo missus a Deo » (Il y eut un homme envoyé de Dieu), et à droite : « Cujus nomen erat Johannes » (dont le nom était Jean), phrase de l’Evangile.

       Porte Saint Jean Baptiste

 

La porte en chêne reproduit en haut les deux scènes les plus connues de la vie de saint Jean-Baptiste. A gauche, le baptême du Christ : le Christ, dans le Jourdain, est agenouillé, saint Jean-Baptiste se tient à droite, tandis que le Saint-Esprit se manifeste au-dessus d’eux sous la forme d’une colombe.

 
   

 

 

 

 

 

 

A droite, la décollation de saint Jean-Baptiste : pour avoir charmé son beau-père Hérode Antipas par sa danse, Salomé (à droite) obtient en récompense la tête du baptiste (au centre) qu’un bourreau lui apporte sur un plateau

 

 

 

 

 

 

Au dessus des portes figure l’inscription latine : « Inter natos mulierem non surrexit    major Johannes Baptista » (Entre les enfants de la femme, il n’est pas surgi de plus grand que Jean Baptiste)

Sous les scènes « Fuit homo missus a deo   cui nomen erat Johannes » (Il y eut un homme envoyé par dieu dont le nom était Jean)

 

Chaque époque a laissé ses graffitis (on lit notamment le nom d’Emile Châlons, ancien maire de Villiers-sur-Tholon).

 

Les réparations de 1816 (nord)

Les briques, sur la façade, et surtout sur le mur et les piliers de gauche (au nord) proviennent des réparations de 1816. Tout le mur nord et une partie de la toiture étaient effondrés. Le mur nord a été entièrement reconstruit : on remarque une colonne entièrement en briques et des encadrements de fenêtres en briques.

 

Les briques proviennent de la Tuilerie de Villiers-sur-Tholon, à  2 kilomètres à l’Ouest (route de la Ferté-Loupière).

Le portail Saint-Louis (Sud)

Cet élégant portail est surmonté par une statue de saint Louis (copie). Au pied de la statue, se trouvent les armes des Clermont-Gallerande (3 chevrons). Les décorations évoquent les richesses agricoles du village : la vigne, les céréales et l’élevage. Le portail sud de la cathédrale de Sens a pu inspirer cette décoration.

      Statue de St Louis

      Portail de la cathedrale de Sens

La galerie, au-dessus du portail, a été couverte par un toit en tuile jusqu’à sa restauration, en 1992. (voir ci-contre le dessin de Victor Petit).

 

Carte postale réalisée avec le dessin du portail St Louis de 1835 par Victor Petit, avec le commentaire suivant :

Sur le flanc méridional de l’église à l’extrémité du bras de la croix, faisant face à une place publique plantée d’arbres et nivelée autour de 1855, est une des deux entrées principales de l’Eglise. Etablie dans ce bras de la croix dont nous venons de parler, c’est un joli portail finement sculpté dans le style de le fin du XVe siècle, mais malheureusement très mutilé, on remarque surtout les ventaux de la porte formés par une belle boiserie de chêne à fines moulures et décorés de nombreusestêtes de clous en fer ciselé, une petite inscription purement religieuse est gravée dans la partie supérieure de ces vantaux. Au-dessus de ce portail, qui est accompagné d’une belle fenêtre à entrelacs, on voit se développer une petite galerie ou balustrade en pierre formée d’arcatures et des pilastres datant du XVIe

 

 

Le clocher

L’escalier d’accès, en colimaçon, part à droite de la porte Saint-Louis et débouche sur la galerie extérieure. De là, on accède à la magnifique charpente en coque de bateau.

 
   

 

 

 

L’INTERIEUR

 

Tableau de la mise au tombeau (sur le mur Ouest)

A gauche de la porte Saint-Jean-Baptiste, un tableau de 1639, restauré par la commune en 2007, d’auteur inconnu représente une mise au tombeau avec le donateur.

Remarquer la disposition du tableau : classique, traversé par une diagonale. En bas, à gauche, une dominante claire : la lumière du Christ, qui s’oppose à l’obscurité du fond. La tête du Christ est entourée d’un halo de lumière. Derrière le Christ, se tient la Vierge Marie, habillée de bleu pastel. Sa tête est aussi entourée d’un halo lumineux. Une sainte (Apolline ou Agathe), tient une paire de tenailles dans sa main droite. Remarquer le regard d’amour qu’elle porte sur le Christ (renforcé symboliquement par sa robe rouge). Au fond, à droite saint Antoine (accompagné d’un porc) désigne le Christ de sa main droite ouverte. Le personnage à genoux, vêtu d’un surplis de chanoine, est le donateur, non identifié. Une inscription est portée : « Aetatis suae 57 anno 1639 ».(agé de 57 ans, 1639)

Au fond à droite, on aperçoit le mont Golgotha. Devant, sont étalés les instruments de la passion.

Des hypothèses : le donateur pourrait être un chanoine prénommé Antoine, dont l’épouse s’appellerait Apolline ou Agathe. Ce pourrait être aussi Henri de Clermont-Gallerande, né vers 1580. Ce dernier avait abjuré sa foi protestante vers 1627 et aurait pu ainsi  manifester sa conversion à ses paysans.

Fonds baptismaux

 

Plus loin, les fonds baptismaux sont

Surmontés d’une petite statue de saint Jean-

Baptiste.

Le carrelage

Les dalles d’origine ont été remplacées en 1865. Sous ces dalles, reposent les restes de Villarois décédés sans péchés (enfants ou adultes ayant reçu les sacrements de la pénitence et de l’extrême-onction). Les inhumations dans l’église ont pris fin en 1715.

 

 

     

 
   
 
 
 
 
   

Le plafond

Sur les cintres, côté gauche, de chaque côté de la chaire, deux dates de la reconstruction de la nef : 1552, sont gravées dans la pierre des cintres

Les stalles et bancs

Les bancs et la chaire datent de 1865.

   

La porte saint Louis (sud)

Au dessus de la porte : l’original de la statue de saint Louis.

Vitrail du baptême du Christ offert par Théodose Méry et Nathalie Quentin. en 1936

Le monument de Magdeleine Châlons

Ce gracieux monument a été construit pour Magdeleine Châlons, épouse d’Abel Cormon, qui avait laissé des biens à l’Eglise, à charge pour elle de dire une messe tous les ans.

        

Texte : « Cy-gist et repose le corps de madame Magdelaine Chalons vivante femme de maistre Abel Cormon avocat en parlement bailli de la chatellenie de la Ferté Loupière en l’antien manoir de la Couldre et prevost de la Scelle sainct Cyr, laquelle décéda le vingt huict mai mil six cens cinquante deux le quarante huict an de son age. Priez Dieu pour le repos de son ame comme ainsy soit il. Requiescat in pace. »

 

L’autel du Sacré-Cœur

 

Implanté sous le clocher, il est dans la partie la plus ancienne de l’église. Au dessus de l’autel, on trouve quelques traces d’anciennes fresques à l’ocre.

 

Le maitre autel

Le maître-autel a été restauré au XVIIème siècle. Sa décoration évoque saint Jean-Baptiste : statue du saint, tête du saint encadrée de deux angelots ; tableau du retable représentant le baptême du Christ. Derrière, le vitrail en rosace symétrique représentant des anges musiciens est inspiré du psaume 150.

        La partie gauche et la partie roite de la rosace sont symétriques. Les instruments de musique sont   à gauche et à droite à la même place.

Cette rosace est inspiré de celle du portail nord de la cathédrale de Sens. Bien que beaucoup plus petites, les anges y sont placés de façon identiques, symétrique par rapport à l'axe central vertical

 

Au dessus, à la croisée des voûtes : les armes des Clermont-Gallerande et les instruments de la passion.

Devant l’autel, une dalle funéraire de 1,90 m sur 1,01 m, sans décor d’architecture ni effigie, porte la mention suivante sur son pourtour : « CY GIST ET REPOSE LE CORPS DE MRE CLAUDE …ELLY EN SON VIVANT CURE DE CE LIEU ... IVIN 1605 AAGE DE  42ANS ET A DELAISSE A LEGLISE DE CEANS LA RENTE DE TROIS CENT 24 IME… PRIEZ DIEU POUR LE REPOSE DE SON AME ».   

Yves-Louis Thérin, curé de Villiers-sur-Tholon de 1762 à 1774 a aussi été inhumé devant le maître autel. Ce prêtre breton avait acquis l’affection de ses paroissiens qui, en reconnaissance, lui avaient donné la meilleure place dans leur église.

  

 

 

 

La bannière de saint Vincent

La société de Saint-Vincent, de Villiers-sur-Tholon, est une association d’entraide créée en 1885. Elle est toujours active. La bannière a été restaurée en 2010.

   

 

 

 

 

L’autel de la Vierge

Le tableau du retable représente la Vierge donnant le rosaire à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne. Il s’agit d’une copie d’un tableau attribué à Philippe de Champaigne.

     

                                          A gauche : statue de Vierge à l’enfant du XVIIème siècle.

 

Le mur nord

Le vitrail du Christ-Roi ,daté de 1901, œuvre du verrier de Reims Vernamet, porte les noms de ses donateurs, Victor Charrier et Julie Machavoine.

Le chemin de croix a été inauguré en 1854

                                                                                    

Le clocher

L’escalier d’accès, en colimaçon, part à droite de la porte Saint-Louis et débouche sur la galerie extérieure. De là, on accède à la magnifique charpente en coque de bateau.

Dans le clocher lui-même, l’ancien mécanisme de l’horloge (en état de fonctionnement, mais débranché) repose sur une plateforme.

 

La cloche de 1 700 kg a été fondue en 1900 par Chambon, à Montargis. Elle porte l’inscription suivante : «  Je dois l’existence à MM Lenoble Th maire Lecouge O adjoint Méry Th Leau A Deschamps A Châlons E Méry E Chanlin A Legouge G Beltier T conseillers municipaux auxquels se sont joints Poulet Onésime Legouge Célestin élus depuis Méry T Cormier E Chevallier I Chanlin A fabriciens Philippon Armand curé

L’aus deo et l’an du seigneur MDCCCC renaissant de mes cendres après l’incendie du 28 juin MDCCCXCIV

J’ai été bénite par Mgr Pierre Marie Etienne Ardin archevêque de Sens Mon parrain était Mr Jacques Buret de Saint Anne, ma marraine était Melle Germaine Buret de Saint Anne du château de Champvallon. J’ai été nommé Anne Marie Germaine.

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat ».

 

On trouve aussi la signature de l’architecte et de l’entreprise qui ont effectué la reconstruction après l’incendie de 1899.

 

 

Calice offert par l’abbé Deschamps, fondateur de l’AJA, à sa paroisse de naissance                                 

 

Bibliographie :

Alype-Jean Noirot. La Vallée d’Aillant dans l’Histoire. Noirot éditeur. 1973

Xavier François-Leclanché. Les Gens de Villiers-sur-Tholon. Perform éditeur. 2006-2010

                       

OK
La Commune de MONTHOLON

La commune nouvelle de  MONTHOLON

Téléphone - Fax
03.86.63.48.43
Horaires des permanences

du mardi au vendredi
16h à17h30

samedi de 10h à 12h

Permance du maire

Samedi de 10h à 12h

Secrétaire:
Alexandre Da Costa
Email

plan de Villiers sur Tholon

situation de la mairie

Plan des panneaux d'affichage

cliquez ici pour le voir

a3w.fr © 2019 - Informations légales - www.villierssurtholon.fr